travail temporaire maroc


Etape cruciale pour tout candidat, le CV doit être préparé avec soin et attention. Nos conseillers vous livrent les principes d'un CV réussi.
  • Une structure universelle
Sachez tout d'abord que le recruteur examine des centaines de CV avant de procéder à sa sélection. Les informations contenues dans votre CV doivent donc être claires et organisées car le recruteur ne cherchera pas à les décrypter. Vérifiez aussi que votre CV contient tous les blocs d'informations indispensables : l'Etat civil et vos coordonnées, la rubrique formation, la rubrique expérience, la rubrique compétences techniques et linguistiques et enfin la rubrique centres d'intérêt.
  • Soyez concis et précis
En passant en revue votre formation et votre expérience, choisissez les informations clés qui intéressent le recruteur. Inutile de lister toutes les missions rattachées à un précédent poste si cela n'est pas pertinent par rapport au poste convoité. Optez aussi pour une présentation factuelle de votre expérience en donnant des exemples précis des missions menées et qui illustrent vos compétences et vos qualités. Bannissez toutes les énumérations.
  • Sachez différencier votre CV
Sur la forme, inutile de se montrer trop créatif en abusant de polices de caractère diverses. Utilisez une seule police et jouez avec le gras pour mettre en valeur les titres. Optez aussi pour les polices de caractère les plus usuelles afin d'éviter tout problème de compatibilité avec le recruteur lorsque vous envoyez votre CV par mail. Sur le fond, usez le plus possible de verbes d'action (manager, développer, vendre..) pour décrire vos missions. Lorsque cela est possible, illustrez vos réalisations avec des chiffres. Donnez aussi un titre à votre CV, cela peut être l'intitulé du poste que vous sollicitez, votre objectif ou encore le titre de votre diplôme si vous êtes un candidat fraîchement diplômé.
  • Attention aux erreurs graves
Il existe des erreurs qui peuvent sérieusement vous discréditer aux yeux des recruteurs. Nous conseillons à nos candidats de faire relire leur CV par plusieurs personnes afin d'éviter toute erreur grave comme les fautes d'orthographe, la photo de mauvaise qualité ou encore la mise en page fantaisiste.
  • Quelques évidences, utiles à rappeler
Soyez honnête, ne cherchez pas à cacher les périodes sans activité ou à surestimer vos compétences
- Misez sur la sobriété de la forme et du style
- N'utilisez une photo que si elle est de bonne qualité et qu'elle s'adapte à un cadre professionnel
- Evitez les photocopies de CV car elles détériorent sa qualité
- Ne dévalorisez jamais vos précédentes expériences
- Mentionnez vos centres d'intérêts extraprofessionnels sans vous étaler
- Ne citez des loisirs que si vous êtes capable de tenir une discussion à leur sujet
- Essayez de rédiger un CV ne dépassant pas une page si vous avez moins de 5 ans d'expérience

La lettre de motivation est aussi importante que le CV.
Elle révèle au recruteur votre personnalité, lui donne l'occasion de cerner votre style et votre manière de structurer vos idées.
Attention aux lettres standardisées ! Nos conseillers vous rappellent quelques erreurs à éviter.
  • Se positionner comme demandeur d'emploi
Positionnez plutôt votre lettre sous l'angle offre de services : vous offrez à l'entreprise vos compétences et votre savoir-faire. En adoptant cet esprit, vous pourrez faire ressortir vos atouts. La lettre de motivation a aussi pour rôle de donner envie au recruteur de vous rencontrer. Si vous parvenez à susciter son intérêt, il vous contactera pour un entretien où vous aurez l'occasion de discuter plus en détails de votre expérience, de vos objectifs et surtout de ce que vous pourrez apporter à l'entreprise.
  • Amorcer sa lettre avec des formules toutes faites
« Suite à l'annonce parue¨ », « Diplômé de l'école.. », « J'ai toujours rêvé d'intégrer une entreprise telle que la vôtre¨ », ces formules usuelles et répétées par des milliers de candidats ne vous aideront sûrement pas à susciter l'intérêt du recruteur. Dès les premières lignes, il faut accrocher votre lecteur, car c'est souvent cette introduction qui l'incitera à poursuivre la lecture de votre lettre. Choisissez une attaque intéressante qui mettra en valeur votre motivation.
  • Relater les informations contenues dans votre CV
Le CV est systématiquement joint à la lettre de motivation. Son objectif est de retracer votre formation, votre parcours professionnel et vos compétences. Il n'est donc pas nécessaire de reprendre ces mêmes informations dans votre lettre. Celle-ci a pour fonction de révéler des informations plus subjectives : traits de votre personnalité, votre manière d'appréhender les défis, votre façon d'argumenter ¨
  • Se perdre dans les flatteries
Oui, il faut parler de l'entreprise que vous désirez intégrer. Cela prouve au recruteur que vous vous êtes renseigné sur la société, son environnement, son secteur d'activité¨ Mais attention, il ne faut surtout pas tomber dans le piège des flatteries : « grande entreprise de renom », « leader du marché », « première entreprise »¨ Ce sont là des informations que le recruteur maÎtrise mieux que vous. Restez donc factuel et ne vous attardez pas sur l'entreprise. Décrivez plutôt ce que vos compétences pourront apporter à l'entreprise compte tenu de son activité.
  • Rester vague
Tout comme le CV, la lettre de motivation doit être précise et concrète. Utilisez des verbes d'action et exprimez-vous avec un langage clair et percutant. Les spécialistes déconseillent l'utilisation des participes présents car ils alourdissent le style. Les verbes tels que « je pense », « je crois », « j'imagine »¨, sont à proscrire car ils ne sont pas énergiques. Evitez aussi d'utiliser le conditionnel dans des phrases telles que « Je pourrais intégrer votre département marketing et souhaiterais assumer la fonction de chef de produit ». Privilégiez plutôt le présent et le futur qui démontreront au recruteur votre volonté et votre détermination, et dites « Je suis tout à fait capable d'intégrer votre département marketing et je souhaite y assumer la fonction de chef de produit ».
  • Employer la forme négative
La forme négative est à éviter dans la lettre de motivation. Certains candidats utilisent cette forme pour parler de leurs atouts. « Je ne suis pas expérimenté mais je suis prêt à apprendre », ce type de phrase bien qu'illustrant la modestie et l'honnêteté du candidat est peu appréciée par les recruteurs car elle dénote une certaine passivité. Il faut plutôt affirmer : « Ma capacité d'apprentissage me permettra de maÎtriser rapidement le métier et de mobiliser mon énergie pour la réalisation des objectifs¨»
  • Rédiger sa lettre de motivation à la hâte
La lettre de motivation est un document très important. Les CV peuvent se ressembler, par contre les lettres de motivation sont toujours personnelles. C'est la raison pour laquelle, lorsque deux candidats présentent le même profil, le recruteur choisit de rencontrer celui qui aura suscité son intérêt. Il faut donc prêter un soin particulier à la rédaction de ce document et surtout le faire relire par plusieurs personnes.
  • Encadré : Une lettre de motivation répond à trois questions
1- Pourquoi votre entreprise m'intéresse ?
2- Qu'est-ce que je peux apporter à votre entreprise ?
3- Qu'est-ce que nous pouvons faire ensemble ?

Vous avez envoyé une lettre de motivation et un CV impeccables à l'entreprise qui vous intéresse et vous êtes convoqué pour une entrevue.
Prochaine étape, l'entretien d'embauche qui est primordial puisqu'il permet au recruteur de vous rencontrer et de vous évaluer.
Notre conseil le plus précieux pour le réussir : la préparation !
  • Soyez ponctuel
Les premières impressions sont déterminantes. Un candidat qui arrive en retard à son entretien d'embauche ne serait-ce que de quelques minutes est très mal perçu. Organisez-vous à l'avance pour évaluer la durée de votre trajet. Si vous arrivez tout de même en retard, ayez le réflexe de prévenir le recruteur de votre retard, il appréciera la politesse et pourra même oublier votre retard.
  • Renseignez-vous
Avant de rencontrer votre interlocuteur, collectez le maximum d'informations sur l'entreprise que vous convoitez. Sites Web, annuaires professionnels, articles de presse, collaborateurs.
Utilisez diverses sources pour vous faire une idée préalable de l'entreprise. Ces recherches vous permettront au moment voulu, de poser les bonnes questions à votre interlocuteur.
  • Testez-vous

Mettez-vous en situation d'entretien d'embauche et faites appel à vos proches ou amis pour analyser votre discours, vos réactions et votre attitude générale.

Cet exercice est très souvent bénéfique car il permet aux candidats de corriger quelques défauts comme la posture, la gestuelle, le débit de parole

  • Préparez un discours percutant et dynamique

Le but de l'entretien pour le recruteur est de vous connaître .Vous serez donc amené à parler de vous-même. Préparez donc un discours qui illustrera votre motivation.

  • Structurez vos idées

Le but de l'entretien d'embauche est aussi de revenir sur votre parcours professionnel. Soyez prêt à le décrire de manière synthétique et structurée. Prévoyez une phrase d'introduction qui vous présente brièvement.

Lorsque vous retracez votre parcours professionnel, faites-le dans l'ordre chronologique. N'oubliez pas de résumer vos expériences, si le recruteur désire avoir des détails il vous les demandera. Cela vous aidera à garder l'attention du recruteur vive jusqu'à la dernière partie de votre présentation qui vous permet de citer vos domaines d'expertise, vos réalisations et votre projet professionnel.

L'objectif tout au long de cet exercice - qui ne doit durer que quelques minutes- est d'intéresser le recruteur en lui démontrant que votre collaboration lui sera profitable.

  • Suivez le rythme de votre interlocuteur

Pendant l'entretien, votre temps de parole est compté.

Parler longtemps vous fait prendre le risque de parler de choses qui n'ont pas de relation directe avec le poste ou même d'empêcher votre interlocuteur de parler.

Ne pas poser de questions, répondre par oui ou non aux questions est tout aussi risqué, votre interlocuteur interprétera ceci comme étant un signe de manque d'intérêt ou même de faiblesse de votre part. L'idéal est donc de suivre le rythme de votre interlocuteur : prendre la parole quand il a fini de parler, bien écouter ses questions pour y répondre précisément, poser des questions quand il vous en donne l'occasion.

  • Les faux pas inexcusables en entretien

- N'avoir aucune question à poser à son interlocuteur ---> manque d'intérêt
- Insister sur ses réussites et ses qualités ---> prétention
- Montrer que vous doutez de vous-même ---> manque de combativité
- Ne pas écouter votre interlocuteur ---> dissipation
- Dénigrer ses anciens emplois ---> absence d'esprit d'entreprise

  • Quelques questions type

Quelques questions reviennent souvent en entretien, préparez vos réponses et faites en sorte qu'elles soient cohérentes !

- Qu'est-ce qui vous plait dans ce poste en particulier?
- Qu'aimeriez-vous vraiment faire dans le cadre de ce poste?
- Qu'est-ce qui vous a poussé à postuler?
- Où vous voyez-vous dans 5 ans ? 10 ans ? Pourquoi ?
- Quel style de management préférez-vous ?
- Que connaissez-vous de notre entreprise ?
- Quelle a été votre expérience la plus déterminante ?
- Quels sont vos principaux axes d'amélioration ? Quelles sont vos qualités ? Quels sont vos défauts ?
- Etes-vous mobile ?
- Que signifie le travail en équipe pour vous ?
- Quelle est la valeur la plus importante à vos yeux ?
- Comment réagissez-vous dans des situations conflictuelles ?
- Quelles sont vos sources de motivation ?
- Etes-vous capable de manager une équipe ?
- Que pourraient dire de vous vos anciens collaborateurs ?

  • Quelques questions que vous pouvez poser

En posant des questions, vous montrez votre intérêt et votre motivation. Inspirez-vous de ces propositions :

- Pouvez-vous me donner une description détaillée du poste?
- Pour quelle raison le poste est-il vacant ?
- Quelle est la culture de l'entreprise ?
- Y a-t-il un séminaire d'intégration? Ou une séance de formation ?
- Y a-t-il des programmes de formation avancée ?
- Est-ce que l'entreprise a des projets de développement? Quels sont-ils ?
- Quels sont les produits / services qui se vendent le mieux ?
- Quelle est la prochaine étape dans le processus de recrutement?


De nombreux tests sont utilisés par les recruteurs afin de recouper les informations sur les candidats reçus en entretien. C'est aussi le moyen de sélectionner les profils les plus adaptés lorsque les candidatures sont nombreuses. La meilleure manière de se préparer à ce genre de tests reste encore de comprendre leurs objectifs.
  • Les tests de culture générale

Ces tests ont pour objectif d'évaluer les connaissances générales des candidats dans des domaines très variés : histoire, géographie, littérature¨ Il est difficile de se préparer pour ce type de test, vu l'ampleur des domaines couverts et le rôle primordial du facteur chance. Vous pourrez trouver auprès des librairies spécialisées des ouvrages de culture générale qui vous permettront d'acquérir de nouvelles connaissances.

  • Les tests d'aptitude
Ce sont des tests dont le but est d'évaluer vos compétences techniques ou professionnelles. Il peut s'agir de tests de français ou de mathématiques. Il existe aussi des tests qui mesurent la capacité de concentration, de mémorisation¨ Dans ce cas, des exercices de logique basés sur le classement, la comparaison, la reproduction peuvent être proposés. Certaines entreprises n'hésitent pas non plus à faire des tests de « mise en situation » pour évaluer le comportement et la réactivité des candidats. Le meilleur moyen de vous tenir prêt est de vous renseigner à l'avance auprès du recruteur sur le type de test que vous pourriez passer.
  • Les tests de personnalité

Les tests de personnalité, utilisés par de nombreuses entreprises, évaluent principalement les traits de caractère qui intéressent l'employeur: la sociabilité, l'esprit d'équipe, l'ouverture d'esprit, la créativité¨ Ils se présentent généralement sous forme de QCM et peuvent être plus ou moins longs. Il ne faut surtout pas essayer d'orienter vos réponses : restez le plus sincère possible car ces tests évaluent généralement aussi votre sincérité et la cohérence de vos réponses.

  • Les tests d'intelligence

L'intelligence est une donnée difficile à évaluer via des tests. Les recruteurs utilisent généralement des tests d'abstraction et de résolution de problèmes plus ou moins complexes. Le candidat doit résoudre des suites de mots, de nombres, de symboles ou de chiffres en trouvant la logique adéquate. Ce genre de test est disponible via divers sites dédiés et de nombreux ouvrages.


En entretien, le but du recruteur n'est pas de vous piéger mais d'évaluer vos compétences et votre comportement.

Nos conseillers vous aident à vous préparer à quelques questions qui peuvent être perçues comme étant des questions pièges
  • Quels sont vos points faibles et vos points forts ?

Question quasiment systématique en entretien, son but est de mieux vous connaÎtre mais aussi d'évaluer le recul que vous avez par rapport à vous-même.

Axez vos réponses sur vos compétences (il ne s'agit pas forcément de parler de sa personnalité).

Parlez de vos points forts et de vos axes d'amélioration avec honnêteté et illustrez vos propos avec des exemples et des situations concrètes.

Expliquez aussi de quelle manière vous corrigez vos points faibles.

  • Quels sont les derniers ouvrages que vous avez lus et qu'en avez-vous pensé ?

Si vous avez mentionné dans votre CV votre amour de la lecture, cette question est incontournable.

Préparez-vous donc à parler d'un ouvrage que vous avez lu et apprécié et sachez aussi argumenter votre appréciation du livre.

Evitez le plus possible les polémiques. Ne citez surtout pas des livres que vous n'avez pas lus.

  • Que lisez-vous ?

Sans être un grand lecteur cette question peut vous être posée en entretien.

Cette question générique vous permettra de citer les journaux ou revues économiques ou d'actualités que vous lisez de temps à autre.

Essayez aussi d'évoquer des titres proches du secteur d'activité de l'entreprise.

  • Si on poursuivait le reste de l'entretien en anglais ?

Là aussi si vous avez mentionné dans votre CV que vous êtes parfaitement anglophone, le recruteur anglophone pourra vous demander de répondre en anglais. Ne surestimez surtout pas vos compétences si vous ne vous sentez pas capable de tenir une conversation en anglais.

Préparez vos phrases de présentation en anglais.

  • Comment vos amis ou collègues vous décriraient ?

Cela revient à parler de vous. Le but pour le recruteur et d'analyser votre manière de vous exprimer mais aussi votre regard sur vous-même.

Cette question vague vous permet de parler de vos qualités et de vos défauts.

Ne choisissez surtout pas de ne parler que de vos défauts ou au contraire que de vos qualités. En parlant de vos défauts, choisissez des traits de caractère négatifs mais qui peuvent être positifs en entreprise : perfectionnisme, nervosité, sens du détail¨

  • Quelle est l'expérience professionnelle dont vous êtes fier ?

De préférence, parlez d'une expérience qui présente un lien avec le poste ou l'entreprise que vous visez.

Démontrez ensuite en quoi c'était un succès en partageant avec votre interlocuteur toutes les informations qui lui permettront de se faire une idée globale de l'expérience et à partir de laquelle il pourra tirer des conclusions significatives : esprit d'équipe, goût du challenge, ouverture d'esprit¨

  • Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez dû faire face dans vos précédentes expériences ?

Le but de cette question est surtout de cerner votre manière d'appréhender les difficultés et de cerner le type d'obstacles qui vous freine.

Parlez des difficultés et associez-les aux solutions trouvées et mises en place. Cela prouvera au recruteur votre autonomie.

  • Pourquoi avez-vous quitté votre emploi ?

L'objectif pour le recruteur est de comprendre vos motivations, ce qui ne vous convenait pas dans votre précédent emploi et votre projet professionnel.

Ne tombez surtout pas dans le piège du dénigrement.

Parlez de votre ancien emploi en des termes positifs, expliquez vos ambitions et le fait que vous voulez enrichir votre parcours professionnel par exemple.

  • Savez-vous dire « non » ?

Cette question qui peut vous surprendre aide le recruteur à évaluer votre manière de prendre des décisions et de les exprimer clairement.

Votre réponse illustrera aussi votre aptitude au dialogue et à la négociation. Etoffez votre réponse avec des exemples professionnels et des situations précises.

  • En quoi êtes-vous le candidat idéal ?

C'est une question surprenante si vous n'y êtes pas préparé !

Si vous avez déjà parlé de vos points forts, inutiles de les rappeler.

Si vous vous sentez en confiance, vous pouvez jouer la carte de l'humour et répondre « pourquoi pas moi ? », n'en faites pas trop tout de même et sachez garder votre sérieux.

Trouvez
Votre
Agence